Une soirée champêtre autour du cor naturel

Le festival Bach en Drôme des collines s’est déplacé à Bourg-de-Péage, mercredi soir, pour un concert en plein air dans les jardins de la clinique La Parisière. Un cadre naturel pour un programme aux accents également champêtres, puisque le cor était au coeur de cette soirée musicale.
Le directeur artistique, Michel Robert, avait prévu de rendre hommage à Berlioz, Rossini, Dauprat, Gounot, etc. Des proches du grand maître allemand, avec la complicité de David Guerrier.
Ce jeune compositeur a obtenu deux fois la Victoire de la musique en 2004 et 2006. Surnommé “l’extraterrestre”, il est en effet un des rares à maîtriser la trompette et le cor. Une association morphologiquement difficile. Il pratique aussi le chant.
Avec son tout nouveau sextuor de cors “Alfred de Vigny “, il a fait de cette soirée non seulement un moment musical intense, mais aussi très pédagogique. Ce week-end, le festival continue à la collégiale de Saint-Donat- sur-l’Herbasse
Ce soir-là, le public a beaucoup appris, si besoin en était, sur le cor naturel, cet instrument plus précieux et plus lointain que le cor en Fa.
Il a aussi pu faire davantage connaissance avec le compositeur Louis-François Dauprat, l’un des fondateurs de l’école française du cor au XIX e siècle.
La nuit tombée, le concert s’est achevé en fanfare avec le sextuor, dans un calme religieux, où seuls les sons des cors résonnaient jusqu’au fond des bois.
Ce week-end, le concert continue à la collégiale de Saint-Donat-sur-l’Herbasse, avec un hommage à Marie-Claire Alain, disparue cette année, et à qui cette édition est spécialement dédiée.
Une plaque devrait d’ailleurs être dévoilée en son honneur le soir de la clôture, ce samedi.

2018-11-27T21:16:05+00:00